Archives de catégorie : Luders 16

Silver Wings n’est plus seule au monde #3 – Winsom Lady / Thomas Russell, 3rd

Kandi Sanger me l’avais suggéré : Thomas Russell était le propriétaire du Luders 16 #1 en 1965.

J’en retrouve la confirmation dans un article du « The Day – 25 août 1965 » qui relate les régates autour de Fisher Isand à l’occasion du vingtième anniversaire du Ram Island Yacht Club.

Voici l’extrait de l’article, qui indique que le Luders 16 portant le n° de voile #1, appartenant à Thomas Russell, 3rd, de Stonington,  a démâté dans une brise de 20 nœuds.

Winsom Landy - Luders 16 - 1965Une recherche complémentaire s’impose !

Silver Wings n’est plus seule au monde ! #2 – Cymbidium, Luders 16

Cymbidium Luders 16 #5 - 1934J’avais rapporté dans cet article la correspondance avec William (Bill) F. Simpson du Field Museum de Chicago qui m’indiquait avoir connaissance d’un autre Luders 16 en bordés classiques.

Je découvre aujourd’hui un article de la gazette « L16 news » de 1965 qui rapporte que la coque n° 5 (construite en 1934) a été retrouvée (en 1964) et restaurée par Peter D. Sanger, vice-commodore du Fisher’s Island Yacht Club. Son nom est Cymbidium, est-elle toujours à flot ?

La photo ci-dessus illustre l’article. On reconnait bien l’avant anguleux du roof court d’un Luders 16 « classique ». L’autre rescapé (vu en 1987) avait un roof long.

[Edit 18/8/14] : Je viens de recevoir un mail de Kandi Sanguer, veuve de Peter (décédé dans un accident d’avion en 1986 à Fischer Island). Ils ont vendu Cymbidium en 1968 à un chantier de Groton, CT (Shennecossett Yacht Club ?).
Elle indique également : « Tom Russell est le propriétaire du Luders 16 #1 ».

La coque #1 a effectivement survécu, avec la #5 et la #8, à l’ouragan de 1938 qui a décimé la flotte. Incroyable, il y  aurait donc encore un autre survivant ? A suivre

Au registre des caractéristiques, il est intéressant dans cet article de lire le commentaire de A.E. Luders Jr. :

« La différence entre les anciens et les nouveaux bateaux est que nous avons modifié très légèrement le livet, modifié l’angle du tableau arrière, et modifié la courbure de l’étrave. Les formes de la coque sous la flottaison sont exactement les mêmes. Grâce à leur construction plus légère, les bateaux moulés ont vu leur lest augmenté de 50 Lbs (23 kg). »

A propos des marques de voiles du Luders 16

Le Luders 16 présente, selon les photos historiques, plusieurs marques de voile distinctes :

On trouve sur le site américain des Luders 16 www.www.l16.org la marque suivante, c’est celle qui inspire le favicon de ce site : L16-www.l16.org
Le même site présente des photos de L16 en régate vers 1945, la marque est plus conventionnelle L16-annees 40
Plus tard, à la fin des années 40, apparait la marque proche de celle des 5.5m JI et 6m JI. J’aime ! L16-fin-annees-40
Au début des années 2000, la marque évolue encore, proche de celle que nous connaissons aujourd’hui. L16-annees-2000

Voilà ce que je pense retenir pour Silver Wings, n’hésitez pas à donner votre avis !

L16 - Silver Wings

Calcul des dimensions des voiles

Comme je cherches à caractériser la voilure de Silver Wings, j’ai effectué des recherches dont je vous livre le résultat.

Surface de la grand voileDimensions grand voile

Commençons par le cas le plus simple.

Une grand voile est assimilée à un triangle rectangle, dont :

  • le guindant est codifié par la lettre « P »
  • La bordure est codifiée par la lettre « E »
  • La surface normalisée est donc P * E / 2

Pour Silver Wings, cela donne :

P E surface
Design de 1945 29.00′ / 8.84m 11.00′ / 3.35m 14.8 m²
Silver Wings 8.8m (99%) 3.1m (95%) 14.1 m² (95%)
La jauge indique :
  • 27′ 6 » < L < (29′)
  • 10′ 6 » < E < (11)
  • 28′ 6 » < chute < 29′ 9 »
  • rond de chute < 6′ 10 »

Pour les voiles d’avant

Pour les voiles d’avant c’est un tout petit peu plus complexe, puisqu’elles sont triangulaires, certes, mais ce n’est pas un triangle rectangle …. Dans le cas le plus général on a la configuration suivante :
Dimension voile d'avant

  • Le guindant (luff) est noté « L »
  • La distance du pied de mat au pont d’amure est noté « J » : La hauteur du point de drisse est noté « I », c’est la hauteur du gréement fractionné ; « I » et « J » définissent donc la taille du triangle avant

Selon les données disponibles en ligne,

I J Etai
22.30′
6.80m
5.80′
1.77m
23′
7.01m
  • On mesure en général sur la voile les dimensions Lc (chute) et Lb (bordure)
  • On définit la longueur perpendiculaire au guindant « LP »

La surface se calcule aisément : L * LP / 2. Oui mais, comment calculer LP ? Il faut revenir à nos cours de géométrie …

LP : 1/2 / L * √ [ (L + Lb + Lc) x (-L + Lb + Lc) * (L – Lb + Lc) * ((L + Lb – Lc) ]

D’accord, mais quel rapport avec « I » et « J » ?  En fait il n’y en a pas ! Mais ils sont utiles en particulier :

  • pour calculer la hauteur réelle du génois dans l’axe vertical : « Ir » est cette hauteur, il y a plutôt intérêt à ce que cette hauteur réelle soit inférieure à « I »… ce qui est le cas lorsque que le guindant (L) est inférieur à la longueur de l’étais, ce qui me semble plus que recommandé :-).

Pour les puristes : Ir = L * J / √ [ I² + J² ] < I

  • pour calculer le « recouvrement », qui traduit la portion du génois (r%) qui dépasse l’arrière du Recouvrement génoismat. C’est un facteur multiplicatif de « J », significatif seulement si le point d’écoute est au plus haut possible. Si la voile d’avant est à plat pont, il suffit de comparer Lb à J.

Sinon, un peu de trigonométrie s’impose.

  • La somme des angles β + γ forme le triangle avant, défini par tg ( β + γ ) = I / J
  • L’angle β est celui de la voile d’avant, défini par par sin ( β ) = LP / Lb
  • Enfin, l’angle γ est tel que cos( γ ) = ( J + r% ) / Lb

D’où J + r% = Lb * cos [ arc-tg ( I / J ) – arc-sin ( LP / Lb ) ]. Il y a peut-être plus simple ?

A noter :Plan de voilure

  • Un recouvrement de 200% est déjà ENORME
  • Un recouvrement de 150% correspond à un génois
  • Un recouvrement de 100% correspond à un foc de route
  • Un tourmentin a généralement un recouvrement de 30-40%

En superposant le plan de voilure actuel avec le plan d’origine, voilà ce que ça donne :

Et ci-dessous les dimensions de la garde-robe.

L LP Surface Recouvrement
Foc 7 m 2,3 m 8 m² 140%
Génois en tête 9.3 m 4.6 m 21 m² 260%

Le grand génois en tête n’est pas conforme au dessin d’origine. On devine sur le plan un génois à fort recouvrement (200%) gréé au 3/4, et un foc plus petit, comme le confirme le tableau suivant publié par le site officiel des Luders 16

Main 158 square feet 14,68 m²
Jib 61 square feet 5,65 m²
Genoa 108 square feet 10,03 m²

Spinaker

La taille d’un spi doit idéalement:

  • pour la hauteur, être comprise entre « I » et la longueur  de l’étai. De nombreux fournisseurs recommandent « I » +/- 10%. De toutes manières, il n’y a pas beaucoup d’écart entre « I » et la longueur de l’étai, compte tenu de l’angle formé par le triangle avant. Pour le Luders 16, l’écart est de 20 cm seulement, donc largement inférieur à +/- 10% de « I ».
  • pour la largeur au pied, être comprise entre 1,6 et 2 fois « J »

Je n’ai pas trouvé de formule miracle pour le calcul de la surface, sur le web on voit souvent L x h x 0.95. Ca donnerait 7 x 3.5 x 0.95 = 23 m² pour le Luders 16, en deça de ce qu’indique luders16.org (27,7 m²).

Rappel : La longueur du tangon doit être juste inférieure à la distance entre la cloche et le point d’amure du génois (donc à peine supérieure à « J »).

 Retrouvez ces calculs sur www.voilesdantan.org

Silver Wings n’est plus seule au monde !

J’ai contacté les 5 flottes de Luders 16 actives aux États Unis :

  • Chicago Yacht Club, Chicago, IL
  • Frenchman’s Bay Luders 16 Fleet, Frenchman’s Bay, ME
  • Mount Desert Island Luders 16 Fleet, Mount Desert Island, ME
  • Southern Yacht Club, New Orleans, LA
  • Wooden Hull Yacht Club, San Diego, CA

Merveilleux retour de William (Bill) F. Simpson du Field Museum de Chicago :

When in 1987 I was looking to join the Chicago L16 Fleet, I corresponded with an owner from NY who had a planked L16 for sale.  His name was John Packard. Here’a a pic!

Silver Wings a donc un sister-ship, parmi les 4 candidats potentiels construits en bordés classiques avant-guerre (rappelons que 11 des 14 bateaux construits avant 1838 ont été détruits par l’ouragan de septembre 1938 sur la côte de Nouvelle Angleterre, et que la coque n° 15 a été construite en 1939).

Voici la photo de cet autre Luders 16, prise en 1987 :

Luders 16 Sister ship

Le Luders Hull Register rapporte que, des bateaux construites jusqu’en 1938, seuls les n° 1, 5 et 8 – bien que sérieusement endommagés – ont survécu. Les coques 1, 5 et 8 étant de la série initiale étaient construites avec un roof court. Il est donc hautement probable que celui-ci est le n° 15.

Alleluia (traduction : Gloire aux Luders 16) !

Dimensions du Luders 16

Nous disposons de peu d’information sur les 15 premiers Luders 16 construits avant la seconde guerre mondiale.Luders 16

Selon Wooden Boats Magazine n° 177 (2004), les dimensions des premiers L-16 sont les suivantes :

  • longueur : 26‘ (7,92m),
  • longueur à la flottaison : 16’ 4’’ (4,98m),
  • maître-bau : 5’ 8’’ (1,75m),
  • tirant d’eau : 4’ (1,22m),
  • déplacement : 3200 Lbs (1450 kg)

D’après les plans disponibles pour la nouvelle série de 1945, le tirant d’air est voisin de 9,5 m, avec un mat de 9,8 m posé juste en avant de la quille.(keel stepped).

Surface de voilure

Toujours pour la nouvelle série de 1945, les dimensions standard sont les suivantes :

I  22.30′ / 6.80m J  5.80′ / 1.77m
P  29.00′ / 8.84m E  11.00′ / 3.35m

Ce qui conduit aux dimensions standard suivantes :

  • GV : 14,8 m²
  • Génois : 6 m²

 

Qui est Bill Luders ?

Bill Luders

Bill Luders

Alfred Edward (Bill) Luders spent most of career working at Luders Marine Constuction, originally founded by his father. During WWII, the company built more than 100 vessels for the Military including minesweepers, patrol craft and submarine chasers.

During the 1930’s, Luders had great success as designer and skipper in the six meter class.

In 1958, the yard built the America’s Cup boat Weatherly to the design of Philip Rhodes. Weatherly was not a successful campaigner in that series, but after a redesign by Mr. Luders, she successfully defended the cup in 1964.

Among the many famous yachts Mr. Luders designed was the sloop American Eagle, built originally for the America’s Cup competition but most successful as an ocean racer under the helm of media mogul, Ted Turner.

Mr. Luders designed , and his shipyard built, many others yachts for owners such as King Olaf V of Norway, actor Yul Brenner, Nelson Rockefeller and the Pulitzer family.

The Luders yard closed in 1968. The last racing yachts designed and built by him were a number of 5.5 meter sloops, a class used in Olympic and international competition.

(source : http://sailboatdata.com/view_designer.asp?designer_id=9)

Qu’est-ce qu’un Luders 16 ?

C’est un bien joli bateau … dessiné par Alfred Edfward « Bill » Luders et son père Bill en 1933.

On se reportera à un article très documenté de Bob Wellstrom, publié dans Wooden Boats Magazine n° 177 (avril 2004). Bob à travaillé pendant 3 ans au chantier Luders et a été un ami personnel de Bill Luders. Il prépare un livre sur l’histoire de Luders.

« For the Luders Marine Construction Company of Stamford, CT, an order for 10 boats to a new design from Fishers Island Yacht Club, New York, couldn’t have come at a better time.

The Great Depression of the 1930s had plunged America into hard economic times and the firm was suffering. The Luders 16, as the new design became known, however, provided not only much-needed work, but also became one of the company’s bestsellers.

Luders 16Designed by AE (Bill) Luders, the new one-design was developed for use by Fishers Island YC’s junior sailors to give them a bigger and more challenging boat to move up to.

It was similar in design to a 6-Metre, featuring long, elegant overhangs, an attractive sheer, fin keel and a tall, narrow rig. Planked in 5/8in white cedar on steamed oak timbers, the 26ft (8m) L-16 also included very basic accommodation.

By 1938, 14 had been launched and were racing to great success, but in September of that year, disaster struck: a Category 5 hurricane hit the New England coast, destroying or damaging 57,000 homes and 2,600 boats. Only three L-16s survived, and even these were not totally unscathed.

The advent of World War II halted the class further, and although a new boat was launched in 1939, it wasn’t until 1944 that the class began to reform.

The interruption of World War II did, however, have a positive effect in that new construction techniques honed during this time helped reincarnate the design.

During the war, Luders Marine produced 18ft (5.5m) airborne lifeboats, which were hot-moulded in construction and, following a small redesign, the L-16s were built using this method, too.

The new boats were 4in (10cm) longer overall, had an inch more freeboard and were of a lighter displacement, with double-diagonal hulls built of five 1/8in mahogany laminations, glued with resorcinol. Initially they were designed with a long coachroof and three port lights, but it was eventually shortened to improve the cockpit size.

Interestingly, despite Luders Marine’s obvious skill at hot-moulding, the hulls were built by two sub-contractors, US Plywood of Long Island and Allied Aviation of Cockeysville, who between them built 150, while they were fitted out by Luders Marine. In 1945, some were also fitted out by South Coast Company at Newport Beach, which also helped promote the class.

The class became an instant hit, and, marketed as “hot racers for the common man”, fleets were soon established at Chicago, Newport Beach, New Orleans and Bermuda. Of these, it is the Chicago Yacht Club’s fleet that has proved the most enduring, as it has raced continuously since 1945, and today has 12 boats, five of which regularly race.

Designed for juniors to sail, the L-16 offers both exhilaration and a stable learning platform. With its long hull, relatively narrow beam, 2/3 fractional bermudan rig and 180 per cent genoa, crewing a L-16 has been described like “sailing on a needle”, and according to fleet archivist Bill Simpson, “it takes very little wind to begin heeling the boat.

In 15 knots you will be heeled 25-30 degrees, but it is not unusual to ‘bury’ the inclinometer, which stops measuring at 45 degrees!” However, although initially tender, the 1,600lb lead keel makes them inherently stable, so knockdowns are rare.

Like many classes of its era, the L-16 saw its heyday in the 1960s when 20 boats were regularly seen on the startline. By this time, GRP hulls had infiltrated the class and, although Luders Marine built the first two, they ceased production in 1959, and it was taken over by Easterly Yachts, Midwest Marine and Continental Plastics.

In 1986, four more were built in Bermuda, and there are plans, if enough interest can be generated, to build more in Maine.

Luders 16

Original name

The class was initially called the Fishers Island L-Class, before being renamed the Luders 16. ‘Luders’ refers to the class’s designer AE (Bill) Luders and ‘16’ to the design’s waterline length.

Vital Statistics

  • LOA: 26ft 4in (8m)
  • LWL: 16ft 4in (5m)
  • Beam: 5ft 9in (1.8m)
  • Draught: 4ft (1.2m)
  • Disp: 2,950lb (1.338kg)
  • Sail area: 207sqft (19.2m2)
  • Designer:  AE (Bill) Luders »

(Source : Classic Boats magazine)